360-icon download left-arrow left-doublearrow nav-dot pdf-icon rss-icon search-icon spot-icon subnavi-icon close-icon info-icon
Le chef d’entreprise Konrad Miosge - Coopérative agricole de Dankmarshausen

Dans l’orge, le blé et le colza, elle est très efficace.

Konrad Miosge, AG Dankmarshausen, Dankmarshausen - Fendt IDEAL 8T, IDEAL 9T, 936, 942 Vario

Dans l’orge, le blé et le colza, elle est très efficace.

Battage avec vue sur le "Monte Kali"

Enveloppée d’un nuage de poussière, la Fendt IDEAL 9T bat du colza devant le pittoresque village de Dankmarshausen en Allemagne – en arrière-plan, une gigantesque montagne blanche, le « Monte Kali » ou « Kalimandscharo ». Le soleil brille par cette chaude journée d’août, 36 degrés au thermomètre. « Parfait pour la récolte », déclare Konrad Miosge, chef d’entreprise de l’AG Dankmarshausen.

La Fendt IDEAL 9T appartient à la coopérative agricole de Dankmarshausen, AG Dankmarshausen en abrégé, tout comme les dix tracteurs Fendt Vario utilisés sur plus de 2300 ha qui entourent la montagne. L’exploitation est située dans la vallée Werra-Suhl Tal dans le land de Thuringe en Allemagne, dans un des plus grands bassins potassiques d’Allemagne.

La Fendt IDEAL doit moissonner 700 ha en moyenne par an. Et en ce mois d’août chaud et sec, les conditions de récolte sont particulièrement bonnes. « Nous ne sommes donc pas pressés par le temps – ce qui est aussi super pour nos conducteurs », se réjouit Konrad Miosge. Les fenêtres de récolte sont souvent courtes, la météo est changeante et il faut utiliser deux batteuses. « Un peu plus de pluie pendant la période de croissance, et les conditions seraient parfaites. » Les rendements de la récolte de cette année se situent autour des 7-9 t/ha pour le blé, 7,5- 8,5 t/ha pour le seigle et 6,5-8 t/ha pour l’orge d’hiver. « C’est un bon résultat pour 2020, mais certainement pas une année record. La productivité de la Fendt IDEAL est bonne et le taux de grain cassé est faible », constate avec satisfaction le chef d’entreprise.

Pas de moissonneuse-batteuse sans entraînement à chenilles

Depuis 2014, l’entreprise utilise exclusivement des batteuses Fendt avec train de chenilles. Avant la Fendt IDEAL, il y a eu une batteuse hybride Fendt, la Fendt 9490X. « Il n’est plus question pour nous d’utiliser une batteuse sans train de chenilles. Les trois dernières années ont été plutôt sèches, mais le train de chenilles est imbattable dans les conditions humides », déclare Konrad Miosge. « Sans oublier une meilleure répartition du poids grâce à la plus grande empreinte au sol. Avec le réservoir plein, la batteuse pèse environ 40 t et le poids porte principalement sur le pont avant. Le train de chenilles nous a permis de réduire la pression au sol et de mieux répartir le poids. La cabine silencieuse est un véritable plus. » Plus de 1400 ha de blé, de colza, de seigle, d’orge, de lupins et de légumineuses ont été plantés et la Fendt IDEAL 9T a été utilisée dans toutes ces cultures. De l’avis du conducteur de la moissonneuse-batteuse Martin Andres, « Dans l’orge, le blé et le colza, elle est très efficace ». « Elle a juste eu un peu plus de mal dans l’orge, mais c’est la même chose pour toutes les batteuses, du fait que la paille d’orge soit plus longue. » En 2019, l’exploitation utilisait une Fendt IDEAL 8T. Mais elle s’est révélée insuffisante pour le travail demandé. « Nous sommes réellement satisfaits de la Fendt IDEAL 9T », s’enthousiasme Konrad Miosge.

Martin Andres devant la Fendt IDEAL 9T.

« Conduire une moissonneuse-batteuse a toujours été mon rêve », raconte Martin Andres. Depuis l’été 2019, c’est lui qui est au volant de la Fendt IDEAL.

Vue de l’avant de la Fendt IDEAL 9T lors du battage.

« Dans l’orge, le blé et le colza, elle est très efficace. »

La meilleure note pour la paille

« Nos animaux sont élevés sur de la paille, nous en avons donc besoin d’une grande quantité », explique Uwe Teske, président de l’AG Dankmarshausen, c’est un facteur décisif. La Fendt IDEAL a ici fait toutes ses preuves, car « La qualité de la paille de la Fendt IDEAL est super, elle est pratiquement aussi efficace qu’une secoueur. C’est pourquoi nous lui avons donné la meilleure note chez nous », souligne Konrad Miosge. Nous pressons 10 000 balles en moyenne par an et, cette année, nous en prévoyons même 10 500. Et de poursuivre son explication « La paille est recyclée en fumier solide pour être à nouveau épandu sur nos parcelles, ce qui est un engrais précieux ». Deux modèles 936 de l’ancienne génération amènent le fumier au champ et le nouveau Fendt 942 Vario épand le fumier avec un Horsch Joker 8 RT. « Nous sommes de fidèles clients Fendt depuis 20 ans », confirme Uwe Teske. Christian Poppe de l’entreprise Raiffeisen Waren GmbH Kassel à Bebra y est pour beaucoup. Les précieux conseils de Christian Poppe, mais aussi l’excellente collaboration avec Raiffeisen et avec Thomas Stieglitz, Retail Manager Fendt, sont très importants pour l’AG Dankmarshausen. « Nous pouvons ainsi régler des petits et grands problèmes, rapidement et sans complication », acquiesce Konrad Miosge.

Vue de côté de la Fendt IDEAL 9T dans le champ de céréales
Maïs battu tenu dans deux mains.
Wildrinder de la société AG Dankmarshausen au champ et dans l’eau.

Coopérative agricole de Dankmarshausen

L’AG Dankmarshausen est issue d’une coopérative filière culture et d’une coopérative filière élevage. En 2020 , la coopérative comptabilisait 78 membres, 47 collaborateurs et 2 stagiaires. Il leur tient à cœur d’assurer la relève pour inciter de jeunes gens motivés à se lancer aussi à l’avenir dans l’exploitation agricole. Teske et Miosge s’occupent également d’un projet de protection de la nature, avec des bovidés sauvages et des chevaux sauvages dans une zone marécageuse proche.